Randonnées sur les traces de Cézanne

La Provence Verte

Le massif de la Sainte Victoire s’étend entre Aix en Provence et Pourrières comme un trait d’union entre le Var et les Bouches du Rhône. Mais la Sainte Victoire est mondialement connue pour être le modèle préféré du peintre Cézanne qui l’a immortalisée sur plus de 80 toiles. Aujourd’hui, on peut randonner pour découvrir les lieux préférés du peintre ou visiter son atelier laissé en l’état depuis sa mort.

La Sainte Victoire, labellisée Grand Site de France, est sillonnée par un réseau d’environ 250 km de sentiers labellisés de tous niveaux. Il est même possible pour les initiés de partir plusieurs jours, en autonomie, en dormant dans des refuges ou gîtes de groupes. Mais pour profiter en toute sérénité des paysages, des professionnels de l’accompagnement sont à votre disposition.

Topos de randonnées

Le topo guide de la FFRP La Provence Verte … à pied propose 27 circuits balisés et entretenus labellisés PR. Celui au départ de Pourrières conduit au pied de la Sainte Victoire. Vous pourrez toutefois trouver des topos de randonnées plus exhaustifs à l’Office de Tourisme d’Aix ou à la Maison de la Sainte Victoire située à Saint Antonin sur Bayon.

Nouvelle exposition pour la réouverture de L’Hôtel de Caumont

Joaquín Sorolla

« Lumières espagnoles » du 10 juillet au 1er novembre 2020

En 2020, l’Hôtel de Caumont met à l’honneur Joaquín Sorolla (1863-1923), l’un des plus grands noms de la peinture espagnole du XXe siècle. On lui doit une des représentations les plus marquantes et éclatantes d’une Espagne lumineuse et méditerranéenne, optimiste et moderne.

Aux côtés d’oeuvres ambitieuses de grand formats, sont exposés de petits dessins et esquisses à l’huile, qui éclairent d’une lumière nouvelle sa conception de l’art, dont le trait principal est la luminosité et la spontanéité.

Exposition « Les grands maîtres du Japon » à l’Hôtel de Caumont

L’époque Edo à l’honneur

Du 8 Novembre 2019 au 22 mars 2020, l’Hôtel de Caumont-Centre d’Art présente les coutumes et la culture japonaise de l’époque d’Edo (deuxième moitié du XVIIIe et première moitié du XIXe siècle), à travers près de 200 estampes ukiyo-e et autres objets remarquables dévoilés au public français pour la toute première fois.

Ils sont pour la plupart issus de la collection de Georges Leskowicz, l’une des plus importantes collections d’estampes japonaises du monde.

En plus d’objets et manuscrits anciens, la collection de Georges Leskowicz regroupe aujourd’hui 1800 estampes ukiyo-e, signées des grands maîtres Harunobu, Utamaro, Sharaku, Hokusai, Hiroshige, dont des chefs-d’œuvre comme « Trente-Six Vues du Mont Fuji » (1832–1833) d’Hokusai, « Les soixante-neuf stations de la route Kisokaidō » d’Hiroshige et Eisen ainsi qu’un ensemble unique en France, de Surimono. Tous ces chefs-d’œuvre formeront le cœur de l’exposition.

À travers un parcours thématique, l’exposition présente également des objets d’artisanat de l’époque d’Edo, soigneusement choisis dans des collections publiques et privées.

Des écritoires, des ustensiles et des objets de la vie quotidienne ainsi que reproductions photographiques et des extraits de films vous immergent dans la vie quotidienne du Japon ancien.

L’exposition sera l’occasion de découvrir la culture du pays du Soleil Levant et de s’initier à sa technique traditionnelle de la xylogravure.

Après l’exposition, vous pourrez découvrir le ravissant Jardin de l’Hôtel de Caumont, et pourquoi pas déguster une boisson chaude et une délicieuse  pâtisserie sur la terrasse ou dans le salon de thé.

Le quartier comtal enfin achevé !

Une rénovation très attendue

Après presque trois années, les travaux visant à réunir la Place des Prêcheurs créée au XVème siècle, ainsi que les places Madeleine et Verdun sont enfin terminés et accueillent de nouveaux tous les mardis, jeudis et samedi le grand marché provençal, avec sa centaine d’exposants.

Autour du majestueux Palais de Justice, l’emplacement vaste et clair est désormais piéton. Les fouilles mises au jour pendant les travaux peuvent être admirées à travers des vitres les protégeant. Il s’agit des vestiges des fondations du Palais Comtal et des habitations qui se trouvaient autour. Cet édifice date de 1227 et était déjà un lieu de pouvoir et de justice, comme ça l’est toujours aujourd’hui.

Un nouvel itinéraire s’offre donc aux Aixois et aux nombreux touristes, vous pouvez passer du marché paysan, fruits et légumes et spécialités régionale Place des Prêcheurs, aux artisans Rue Thiers, puis rejoindre dans la continuité Le marché aux textiles Cours Mirabeau, pour terminer à la Rotonde et sur le cours Sextius par la Brocante.